Mon installation en tant qu’hypnothérapeute

installation_hypnosea_78_valerie_lepeltier_2020

Les différentes étapes de mon installation en tant qu’hypnothérapeute :

 

Certains d’entre vous ont pour projet de s’installer à leur compte pour exercer en tant que profession libérale.

Voici les étapes de mon installation en tant qu’hypnothérapeute en cabinet. Cela pourra peut-être vous aider, ou tout au moins vous donner quelques pistes ! Il m’a fallu un peu plus d’un an entre le moment où m’est venue l’idée de changer de profession et celui où j’ai ouvert mon cabinet le premier jour. Un an ???  Tant que ça ! me direz-vous… Eh oui, j’ai pris le temps de peser le pour et le contre, d’établir des plans de trésorerie, des études de marché,  de me fier à divers avis de plusieurs comptables…!

Alors, comment ai-je procédé exactement ?

bonhomme-chemin-vert

1- Analyse de la faisabilité du projet :

Se renseigner sur la profession d’hypnothérapeute est primordial. J’ai fait plusieurs études de marché en me servant de différents outils comme le logiciel gratuit ODIL de l’INSEE. Cette application permet d’établir des comparaisons avec le potentiel de patientèle en fonction du nombre d’actifs dans la ville d’implantation souhaitée, du nombre de thérapeutes déjà présents sur le secteur, etc…

C’est un logiciel extrêmement pratique, simple à utiliser, et vous pouvez  imprimer les résultats et les cartes géographiques en fonction de vos besoins.

J’ai dans un même temps établi un budget de trésorerie annuel avec l’aide de l’UNASA  (en fonction de mes besoins futurs) qui comprenait :

  • l’établissement d’un site professionnel
  • l’achat d’un nouvel ordinateur
  • le loyer du cabinet
  • les charges diverses comme la ligne téléphonique, l’électricité, l’essence etc…
  • les consommables divers (eh oui, il y en a un petit peu quand même!!), comme le papier, les cartes de visite, les mouchoirs en papier…
Il est nécessaire également de prendre le temps de faire une étude prévisionnelle du seuil de rentabilité du métier en émettant des hypnothèses sur le prix du loyer maximum etc…

boutique-hotel-commander

2-  Choix du centre de formation :

Après avoir décidé de changer de métier et  de me diriger vers l’hypnose thérapeutique, j’ai dû décider quelle école de formation me convenait le mieux.

Par conséquent, pour pris beaucoup de temps pour surfer sur internet à la recherche de renseignements divers et, après avoir sélectionné plusieurs centres de formation, j’ai téléphoné à chacun d’entre eux  pour  avoir des renseignements complémentaires.

Finalement, mon choix s’est porté sur l’IFHE, qui proposait une formation qualifiante et dont le programme me convenait parfaitement.

Mon inscription dans cet établissement a été fait environ un an avant le début du premier cours.

etude

 3- Mise en place du projet :

J’ai donc petit à petit mis en place mon projet en commençant dans l’ordre.

Le site internet :

Une fois mon inscription confirmée à l’IFHE, j’ai fait établir différents devis pour l’élaboration de mon site internet. Attention à bien vous renseigner car certaines sociétés se gardent de vous dire que vous devrez rester abonné mensuellement chez eux et que le site leur appartiendra si vous décidez de ne plus travailler avec eux, même si votre nom y figure !

Pour ma part, j’ai choisi de travailler avec Direct Webmaster. C’est une société tout à fait sérieuse, qui a pris en compte mes divers besoins et demandes, et qui m’a semblé la plus raisonnable en terme de coût, vu la prestation de qualité reçue !!

De plus, à la différence des autres sociétés prospectées, je n’ai eu à faire qu’à un seul interlocuteur, ce qui a renforcé les liens de confiance et surtout de compréhension de mes demandes.

Le choix du statut :

Là encore, ça reste une question très personnelle… en fonction de vos besoins et de vos possibilités.

J’ai étudié les différents statuts, en me faisant conseiller par trois comptables. Tous n’étaient pas du même avis. J’ai donc établi mon choix en fonction de ce qui me paraissait le plus raisonnable vu ma situation financière.

Mon choix s’est alors dirigé sur le portage salarial par le biais de IES Bien-Etre AEGID.

Nous avons établi un CDD  afin afin que je puisse commencer mon activité sans pression financière. Le portage salarial me paraissait plus approprié à ma situation comparé à l’installation directement en Profession Libérale.

Pour faire votre choix entre s’installer en société de portage ou s’installer en profession libérale, soyez très attentif à toutes les différences :

  • le statut
  • le régime de sécurité sociale
  • les différentes taxes
  • l’assurance responsabilité civile ( comprise dans le contrat de portage salarial )…

Aujourd’hui, je suis passée en société, une EURL, bien plus adaptée à ma situation personnelle.

A vous de savoir et de comprendre ce qui est le mieux pour vous en fonction de votre vie.

Le choix du cabinet :

C’est très important de s’y sentir à l’aise. Préférez peut-être pour démarrer, un cabinet situé dans un cabinet médical avec autres professions paramédicales, ce qui permet des échanges et de faire “vivre” son cabinet même si l’emploi du temps n’est pas plein au début !

En centre ville, ou pas d’ailleurs, c’est préférable de ne pas négliger les places de parking pour les patients, la visibilité et la facilité d’accès… Là encore, le choix sera de toutes façons très personnel.

Voilà!  Il y aurait tellement d’autres choses à ajouter…

N’hésitez pas à me laisser des commentaires si vous avez des questions.

Et partagez ma page si vous aimez !!